Je deviens écolo, ACTE III.1 : le bilan

En cette fin d’année, il était temps de dresser un premier bilan des gestes écolo adoptés depuis ma prise de conscience (explication dans l’article Je deviens écolo, ACTE I).

Des habitudes qui sont devenus automatiques depuis plusieurs années :

Beaucoup de gestes sont en lien avec la consommation d’énergie et sa régulation.

  • Éteindre les lumières lorsque l’on quitte une pièce.
  • Mettre en place des multiprises pour éteindre les appareils en veille.
  • Programmer la WIFI afin qu’elle ne soit pas activée lorsque nous ne sommes pas à la maison.
  • Ne plus accepter de pubs dans les rues et les magasins.
  • Adapter un minuteur sur son ballon d’eau chaude (2 heures suffisent pour chauffer un ballon de 200 litres).

  • Utiliser des savons pour l’hygiène corporelle.
  • Faire ses yaourts maisons (ce qui réduit les déchets de manière significative).
  • Récupérer l’eau de la douche (lorsqu’on attend que l’eau chaude arrive), et l’eau de perte du chauffe-eau. S’en servir pour arroser, faire le ménage et remplacer les chasses d’eau.
  • Consommer de la viande une fois par semaine maximum (habitude alimentaire depuis l’enfance).
  • Limiter les produits ménagers à des produits essentiels multi-usages.

Nous n’avons pas besoin d’individus parfaitement zéro déchet. Nous avons besoin de millions de personnes imparfaites mais qui font de leur mieux.

Les gestes adoptés cette année :

  • Diminution de l’achat de produits alimentaires transformés (ce qui nécessite plus de temps pour cuisiner).
  • Achat de produits en vrac (pour plus de la moitié des produits de consommation).
  • Abandon des bouteilles d’eau.
  • Privilégier les marchés et les commerces locaux en remplacement des grandes surfaces.
  • Réaliser ses produits ménagers avec le moins d’emballage.
  • Utiliser des produits d’hygiène corporels sans emballage : shampoings solides, dentifrice, déodorant.
  • Diminuer la consommation de papier toilettes par la mise en place de “petits tissus lavables”.
  • Arrêter de consommer du papier cadeau et le remplacer par un emballage avec du tissu (réutilisable) : le furoshiki .
  • Terminer mon stock de serviettes de table jetables et investissement dans des serviettes lavables.
  • Offrir des cadeaux de seconde main.

Je me rends compte que toutes ces actions ont changé autant ma consommation que mes habitudes de vie durant l’année 2020. Je continue dans l’optique de réduire mon impact sur mon environnement.

Chaque petit geste compte, chaque petit geste est important.

Je suis assez fier de ces petits gestes qui me permettent de contribuer à mon échelle à une vie plus saine et respectueuse.

Si vous aimez cet article, partagez-le.

Pensez à vous abonner pour être informé des futurs articles.

Emmanuel pour LJDY

3 réflexions sur « Je deviens écolo, ACTE III.1 : le bilan »

  1. Produire sa nourriture est un pas important , 95% de mes repas provient de mon jardin, viande incluse (2 agneaux, qui tondent jusqu’en octobre, et qui nourrissent après, 2 cabri qui débroussaillent, et rejoignent les congéls en novembre), produire sa propre électricité depuis plus de 10 ans, faire son marché quand nécessaire, au lieu de son supermarché, et s’habiller français, ce qui n’est pas aussi cher que cela semble être, et qui soulage grandement le CO2 (1 porte container géant chine-europe = la pollution de toutes les voitures de Paris pendant 1 an!!!). Car on n’est pas obligé d’avoir 50 tenues à la dernière mode pour être présentable et humain. Je chauffe au bois et je le fait moi même, en plus de mes cours de yoga et de mes soins. Contre partie, je n’ai pas eu de vraies vacances depuis plus de 5 ans. Mais du coup, je n’ai pas pollué non plus pour partir!!! voilà des pistes efficaces. Belle soirée.

  2. Bonjour, J’aime beaucoup votre démarche, moi-même j’essaye d’être un citoyen (écolo). Pour les vêtements, effectivement j’achète du made in France, ou bien de l’occasion. Les marchés, je n’ai pas encore essayé (j’ai un supermarché juste à coté de chez moi). Je pense que la meilleur chose que l’on puissent faire pour la planète ses de ne pas gaspiller. Bon courage dans votre démarche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *